lire quelques extraits

Le règne des mercenaires de la foi (extait)

"Haïti est devenue en quelques décennies le dépotoir abyssal de toutes sortes de déchets idéologiques et religieux. L’endoctrinement évangélique et la prolifération anarchique des églises protestantes supplantent l’État et ses institutions fantômes. Les temples évangéliques fonctionnent en microsociétés parallèles et les petits détaillants de la vie éternelle et du châtiment de l’enfer sont légion et poussent quotidiennement comme des champignons. Les rues de Port-au-Prince regorgent de prédicateurs hystériques annonçant le retour d’un messie imaginaire. Des pasteurs illettrés et affairistes promettent guérisons, prodiges et miracles à travers des croisades d’évangélisation. Pour le peuple, dont la misère et la faim battent le tambour infernal et quotidien, Jésus devient la solution à tout, la clef qui ouvre toutes les portes. Les plus pauvres, pétrifiés par une mentalité magico-religieuse, vivent dans l’imaginaire et l’obsession d’arrière-mondes et de paradis futurs. Profitant de cette vulnérabilité accentuée par les malheurs et les catastrophes naturelles, les missionnaires évangéliques américains arrivent sur l’île avec la Bible dans une main et le "greenback" dans l’autre afin d’inculquer aux haïtiens les réflexes du bon soldat de Dieu. L’impérialisme prend alors d’autres formes mais il n’est pas moins brutal, il suffit de regarder ce qu’est devenue Haïti : un immense "megachurch" où les sectes du christianisme font la pluie et le beau temps. Elles sont omniprésentes et recrutent leurs fidèles parmi les oubliés de l’État, les désespérés, les miséreux, les faibles d’esprit… "

"[...] A Port-au-Prince, quand on n’est pas réveillé à l’aube par les chants évangéliques des fanatiques qui occupent les coins de rue dès cinq heures du matin, c’est la radio et ses nombreuses émissions religieuses qui servent de réveille-matin. La plus célèbre d’entres elles, "La manne du matin" est diffusée par la très populaire Radio Caraïbes. Cette émission, si on peut l’appeler ainsi, diffuse essentiellement des chansons évangéliques locales avec une primauté des émotions et la soif jamais assouvie d’extase que l’animateur exploite à outrance. L’émission "La manne du matin" est suivie de l’édition de nouvelles la plus écoutée de la capitale avec un présentateur hystérique qui confond son rôle de journaliste avec celui d’un prédicateur zélé, n’hésitant pas à citer des versets bibliques afin d’introduire ou de clôturer son journal...